Mots d’esprit

P e a u x

Exposition collective

Août 2021, Douarnenez (29)

.

Sauve-qui-pourra

Peinture acrylique sur bois. 190X100 cm. Cadre. Cadre. Cadre. Cadre. Au centre, photographie, la plage de l’enfance, 2008. Fruits frais pain et noix de coco. Bol en terre sur banc de prière sur banc de lecture. 2021.

.

Mère

Installation et performance. Objets du quotidien tapissés de photographies de la mer.

Papier. Pas pied.

Musique/ Lionel Fondeville.

.

Fenêtre

Tabatière

 1.Photographie. Linoleum « piscine » 200X300 mm, flottant sur l’ Atlantique. 2011.

2. Photographie. Atlantique imprimée sur papier, flottant dans une piscine.

2021.

.

Cheffe

Patron d’un costume deux pièces, découpé dans des photographies de la mer, imprimées sur papier. 2021.


Idéefixe

Performance. Peinture acrylique. Chaque geste calé sur le battement du métronome, 80 bpm. 200X300cm.

Idée fixe

Se référant à une histoire de l’art, que signifie peindre aujourd’hui? Il semble difficile, voire périlleux d’y apporter une réponse, le sens de ce verbe étant déterminé en fonction de la pratique de chaque artiste. Ayant suivi une formation de peintre en lettres et un cursus à l’Ecole des Beaux Arts de Rennes, Estelle Marie nous donne des éléments de réponse à partir de différentes motivations. Sa pratique s’est transformée et a évolué; La finesse et la précision du peintre en lettres laisse place avec Idée fixe , toile monumentale, à une peinture rythmée qui se déploie sur la toile grâce aux gestes obsessionnels et répétitifs réalisés au couteau. Il s’agit d’une oeuvre in situ, réalisée en dehors de l’atelier et qui porte en elle un caractère unique et éphémère. Le visiteur est ainsi impliqué dans une relation directe et immédiate à la réalité de l’oeuvre. Cette technique permet une itération, un cheminement qui permet au motif de se croiser de manière régulière. Ainsi, la persistance du geste rythmé par le couteau qui étale cette matière, un bleu primaire, renforce l’idée fixe de la mer, espace mental qui permet une projection infinie. La mer contient en elle une contradiction; elle est un espace de projection, d’ouverture sur un ailleurs; et par opposition est inscrite en elle la possibilité d’un repli sur soi, d’une solitude et d’un égoïsme. Cette relation particulière à l’oeuvre instaurée par Estelle Marie invoque la notion d’isolement, d’une résignation mélancolique qui est en lien direct avec cet ailleurs.

Le tissage de la peinture bleue primaire instaure un lien fort entre l’artiste et l’oeuvre par l’expression d’un geste qui induit un tempo, un rythme inflexible qui renvoie à une progression métronomique permettant d’atteindre, peu à peu, une cadence demandée, qui inscrirait sa technique dans une dialectique, vaine, de la perfection. Ainsi, la démarche porte en elle un caractère performatif. Le geste du tissage de la toile d’ Estelle Marie se réfère à une dimension pélagique, il n’est pas sans rappeler celui des marins qui tissent leurs filets. L’ oeuvre est donc un écho direct et nostalgique à ses racines, par les traces de peinture bleues en relief qui font écho aux paysages marins, ainsi qu’à une gestuelle répétitive et millénaire. Idée fixe affirme une perception de la réalité qui se manifeste au travers du pictural par un acte performatif qui donne à voir des traces, des stigmates sur la toile. Maurice Merleau-Ponty 1 fait écho à ce rapport au réel dans L’oeil et l’esprit lorsqu’il nous explique qu’on ne peut simplement pas limiter le visible à des usages précis. Il évoque l’oeil comme «ce qui a été ému par un certain impact du monde et le restitue au visible par les traces de la main». Merleau-Ponty va plus loin en appuyant l’idée d’un oeil qui habiterait (la toile), comme l’homme habite sa maison. Ainsi, l’oeuvre Idée fixe instaure une aura qui est en résonance directe avec le lieu et qui questionne notre rapport au réel.

Texte, Karima BOUDOU, 1. Maurice Merleau-Ponty, L’Oeil et l’Esprit, Ed. Gallimard, Paris, 1964


Moi-peau

Installation, peinture sur drap flottant sur l’Atlantique. 200X300cm.


Peau et eau et haut, hého.

Photographie: Pauline Girard. Atlantique.



Paradigme

Captures d’un film sous-marin sur-marin. Caméra sur le front. 2019.